Communiqué CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, UNSA

Intersyndicale du 21 octobre

Les journées du samedi 16 et du mardi 19 octobre 2010 confirment que la mobilisation est ancrée dans la durée à un haut niveau. Ce sont des millions de salariés qui dans le cadre de ces 6 journées d’action depuis début septembre affirment vouloir une autre réforme des retraites juste et efficace et l’ouverture de négociations avec les syndicats.

L’ampleur des mobilisations confirme qu’au-delà de la réforme des retraites, l’emploi, les salaires, les conditions de travail mais aussi l’avenir des jeunes sont restés sans réponses efficaces notamment depuis l’aggravation des situations liée à la crise financière de 2008. Les organisations syndicales conviennent de travailler ensemble sur ces questions dans les semaines à venir afin d’interpeller le gouvernement et le patronat.

Différents sondages réalisés ces derniers jours confirment que le mouvement recueille un très large appui de la population confirmant que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Les organisations syndicales appellent leurs organisations à poursuivre leurs mobilisations afin de rassembler le plus grand nombre et d’amplifier le soutien de l’opinion publique. Elles appellent leurs organisations dans les territoires, les entreprises, les administrations à poursuivre les initiatives unitaires. Elles veilleront au respect des biens et des personnes.

Le gouvernement porte la responsabilité pleine et entière de la poursuite de la mobilisation compte tenu de son attitude intransigeante, de son absence d’écoute et de ses provocations à répétition. Il ne peut pas répondre à la situation actuelle par le déni et la répression.

Les organisations syndicales appellent solennellement le gouvernement et les parlementaires à ne pas adopter cette réforme en l’état.

Les organisations syndicales confirment que c’est par un large débat public et une véritable concertation en amont qu’il faut aborder une réforme importante comme celle des retraites.

Fortes du soutien des salariés, des jeunes et d’une majorité de la population et face à une attitude intransigeante du gouvernement et du chef de l’Etat, les organisations syndicales décident de continuer et d’élargir la mobilisation.

Elles décident de deux nouvelles journées de mobilisation :
le jeudi 28 octobre : une journée nationale de grèves et de manifestations dans la semaine du vote au Parlement.
le samedi 6 novembre : une journée de mobilisations et de manifestations avant la promulgation de la loi par le chef de l’Etat.

Les organisations syndicales se retrouveront le 4 novembre.

DECLARATION CGT AU CONSEIL DE LA CNAMTS JEUDI 14 OCTOBRE 2010

Nous allons réaffirmer,notre souhait initial de voir reporter le conseil au moment où le monde du travail rejoint par la jeunesse exige une autre réforme des retraites.
Toutes les forces syndicales sont investies dans le développement de la mobilisation pour faire reculer le gouvernement et obtenir l’ouverture de vraies négociations
Nous savons toutes et tous que l’avenir se construit en ce moment dans ce mouvement. Aussi, nous regrettons le choix de la présidence de maintenir ce conseil avec à l’ordre du jour un point essentiel : la COG.
le vote de la COG est déterminant vis-à-vis de celles et ceux, salariés de l’institution qui au quotidien dans des conditions difficiles, souvent insupportables, donnent le meilleur pour tenir les valeurs de solidarité et de luttes contre les inégalités sociales et de santé. Une COG essentielle dans la capacité ou pas de l’assurance maladie de répondre aux besoins de santé de toute la population.
Cette journée du 14 octobre 2010 restera symbolique pour la sécurité sociale. Au moment où les luttes portent l’exigence d’une réforme juste des retraites, l’assurance maladie, autre branche de la sécurité sociale programme des milliers de suppressions d’emplois et la remise en cause d’une partie de ses missions.
La CGT ne sera jamais dans le double langage celui de la rue et celui des salons. Nous rejetons cette COG, non comme une sanction vis à vis des équipes qui se sont battues pour tenter de sauver l’essentiel, face à un pouvoir gouvernemental irresponsable mais
car il serait illusoire de vouloir agir au service des populations sans en avoir les moyens. Nous la rejetons, car nous connaissons comme vous tous, la grave crise de confiance que vivent les salariés de la Sécurité Sociale, pour beaucoup épuisés , après des années de restructurations, de suppressions d’emplois , de promesses non tenues .
Les stratégies de désengagements sont déjà en cours dans les organismes. Cette COG va accentuer cette terrible perte de sens au travail.
Nous ne sommes pas désespérés car ce qui est à l’œuvre aujourd’hui dans l’ensemble du pays, c’est la prise de conscience de l’urgence de reconstruire les solidarités. En effet, toutes ces dernières années n’ont été portées que par le saccage des fondamentaux de la sécurité sociale au non du modernisme, de la maîtrise, de l’efficacité. Quand nous aurons gagné une juste réforme des retraites, nous saurons demander des comptes sur l’état de notre institution que des années de reformes censées la sauver ont réduite à n’afficher qu’un déficit sans ambition entraînant des réductions drastiques des prestations maladie.
L’heure est arrivée où les propositions CGT que vous avez trop souvent traité par le mépris vont revenir dans le débat social et les luttes en cours vont porter l’urgence de la reconquête de la Sécurité Sociale.
Votre COG ne s’inscrit pas de le sens de l’histoire .Nous ne pouvons que la condamner et poursuivre notre ambition qu’une autre politique est possible tant pour la retraite que pour l’Assurance Maladie
POUR RAPPEL, La CGT a demandé le report de l’examen de la COG a courant octobre afin que toutes les organisations soient en mesure d’y participer pleinement. Ceci se justifie d’autant plus :
que nous sommes dans l’attente de cette négociation depuis fin juin, que le 29 juillet, le conseil de la CNAMTS a refusé d’entériner le projet de COG principalement aux motifs :
d’un non remplacement sur deux pour les départs en retraite, que le budget de fonctionnement est en réduction de 10 % et que des activités nouvelles sont instaurées sans les effectifs et les moyens suffisants pour les mettre en place.
qu’après plus de 2 mois d’attente de ces nouvelles négociations, nous recevons ce projet de COG 3 jours avant la réunion du conseil ne nous permettant pas de nous laisser le temps de l’analyse de ce document ni celui de consulter nos bases.
Un report de 8 jours nous aurait permis cette appropriation…
En tout état de cause ce projet de COG ne diffère pas de la précédente version, voire pourrait être pire. En effet, il est introduit une évaluation à fin 2012 (p 97) prenant en compte :
le « dogme étatique » d’un non remplacement sur deux pour les départs à la retraite (période 2010/2012 et prévision 2013) et la base de 8 400 départs prévue pourrait être bien différente
le nombre d’emplois liés aux fonctions nouvelles, sans que la CNAMTS, à la signature de la COG, ne dispose d’une enveloppe préalable de création de postes pour ces activités, cependant qu’elle doit mettre en place dès le début de la COG…
De plus cette évaluation en 2012 (clause de revoyure) se ferait sur quelle base ??? Les effectifs et moyens réellement mis en place ou sur la base encore d’une nouvelle négociation à minima ????
la réalisation des objectifs imposée par cette COG sans que l’assurance maladie ne dispose réellement des moyens humains et matériels pour vraiment les atteindre.
Résultat des votes :
Contre : CGT et FO =6 voix Pour : Medef, CGPME,UPA et Chadelat (fond CMU) =14 voix Prise d’acte : CFDT,CGC,UNSA,FNMF,FNATH,CISS,UNAF soit 12 voix Abstention : CFTC =2 voix

AMPLIFIONS LES MOBILISATIONS

MARDI 19 octobre,

AMPLIFIONS LES MOBILISATIONS


Chèr-e camarade,


Cette quatrième journée d’action depuis début septembre contre le projet de réforme des retraites que veut imposer le gouvernement confirme l’opposition grandissante des salariés, soutenus par l’opinion publique, à une réforme injuste et inefficace qui aggrave les inégalités sans assurer la pérennité des retraites par répartition. Le gouvernement et les parlementaires ne peuvent ni mépriser ni ignorer les exigences exprimées par les salariés et les organisations syndicales. Les organisations syndicales CFDT, CFE/CGC, CFTC, CGT, FSU, SOLIDAIRES, UNSA appellent à participer massivement aux manifestations du MARDI 19 octobre, veille du vote au Sénat sur l’ensemble de la loi. Pour amplifier la mobilisation et réussir la journée du 19 octobre, elles appellent l’ensemble de leurs organisations dans les territoires, les entreprises et les administrations à poursuivre les initiatives unitaires. Les organisations syndicales demandent aux sénateurs de ne pas adopter cette réforme injuste. Les autres modalités sont les suivantes : HORAIRES et LIEU :

Rassemblement à 14 h 00 PLACE DOMBASLE pour un départ à 14 h 30.

ORDRE DU CORTEGE :

-CGT – Lycéens - CFDT – FO - CFTC – CFE/CGC – UNSA – FSU – SOLIDAIRES – UNEF-associations et partis politiques.

PARCOURS : Départ :

- Départ place Dombasle (constitution du cortège de la place Dombasle (CGT) – rue Guerrier Dumast à la place Carnot) - Rue Stanislas - Rue Raymond Poincaré - Rue Piroux - Avenue Foch - Viaduc Kennedy - Bd de l’American Légion - rue Mont désert - Pont des fusillés - rue Cyfflée - rue des 4 églises - rue Charles III - rue St Dizier - rue de la monnaie - Cours LEOPOLD (prise de parole intersyndicale)

Intersyndicale du 4 octobre 2010

Un 12 octobre déterminant !

mardi 5 octobre 2010
Communiqué commun Cfdt, Cfe-Cgc, Cftc, Cgt, Fsu, Solidaires, Unsa

Après les journées du 7 et du 23 septembre, la mobilisation du samedi 2 octobre 2010 a été un formidable succès partout en France. Cette journée a vu de nouveaux manifestants rejoindre les cortèges. Près de 3 millions de salariés du public comme du privé, seuls, entre collègues ou en famille ont continué massivement à exprimer leur opposition au projet de réforme des retraites.

Confronté à cette mobilisation qui s’amplifie, le gouvernement reste campé sur son intransigeance. Il préfère le mépris au dialogue, il commente les chiffres de manifestants plutôt que de répondre à leurs inquiétudes et exigences.

Les organisations syndicales confirment la journée nationale de grèves et de manifestations du mardi 12 octobre 2010. Elles appellent les salariés, les retraités, les chômeurs à y participer massivement.

Alors que s’ouvre le débat au Sénat le 5 octobre et afin de faire du 12 octobre prochain un rendez-vous déterminant, elles appellent leurs organisations à élargir et à amplifier la mobilisation unitaire par des initiatives dans les territoires, des rencontres avec les salariés et interpeller les sénateurs en utilisant très largement la lettre ouverte unitaire au Président de la République et aux parlementaires.

Les organisations syndicales considèrent qu’il faudra donner des suites au mardi 12 octobre et décident à cette fin de se revoir vendredi 8 octobre 2010.

Fait, le 4 octobre 2010

COMEX ET UCANSS : LA POLITIQUE DU MEPRIS !

En plein mouvement social sur le thème des retraites, le 14 septembre, l’UCANSS convoquait les organisations syndicales pour une réunion paritaire nationale de négociations abordant la question de la responsabilité sociale de l’employeur (RSE). A l’exception de la CFDT, l’ensemble des fédérations et organisations syndicales représentant les cadres et agents de directions a considéré qu’il y avait urgence à entendre les attentes des personnels et à ouvrir sans attendre des négociations salariales. La réunion paritaire du 14 et celles qui étaient programmées à la suite ne se sont pas tenues, dans l’attente d’une rencontre avec le président du comité exécutif qui se déroulait le 4 octobre2010 à 15h. Toutes les organisations syndicales nationales étaient présentes. Ci joint le compte rendu de cette rencontre.

publié le 5 octobre 2010