AG du 27/4/10

Urgence à la CRAM

Effectifs en chute libre, moyens matériels limités… les employés de la caisse régionale d’assurance-maladie crient

L’agence de Lunéville fait corps. Gréviste et manifestante quasi à l’unanimité, hier, sur le parvis du Zénith.

Pour cause, en vrac, de « ras-le-bol », « de marre du mépris », ou encore d’«assez de travail dans l’urgence ». La demi-douzaine de techniciens de cette « agence retraite » est à ce titre exemplaire d’une « dégradation à marche forcée » subie par la Caisse régionale d’assurance-maladie. Contre laquelle se plaignait, hier, une centaine de manifestants en marge de l’assemblée générale.

« Depuis des années, on nous fait le coup du Toujours plus avec moins de moyens », reprennent les Lunévillois. « On n’a plus de scanner, on n’a plus de boîte aux lettres, et on est passé de 12 à 6 personnes en quelques années. Heureusement qu’on est solidaires ! » Solidaires face à la décrépitude de l’institution, solidaires aussi face à la grogne de l’usager qui se convertit en hargne à la première occasion. « Beaucoup comprennent, mais les insultes fusent de plus belle », note une employée accablée. « On se traîne les vieux clichés : des lettres nous conseillent de quitter la machine à café pour nous occuper ‘enfin de leur dossier… En fait, c’est tout juste si on peut traiter l’urgence. Plus question de s’occuper des reconstitutions de carrière en amont par exemple. Du coup, on a l’air malin avec les questionnaires qu’on a distribués au forum de Baccarat, en septembre dernier. Ils nous reviennent remplis, et on n’a pas une minute pour les traiter ! »

Cinquante postes supprimés dans les trois ans à venir

Une ambiance, comme tant d’autres… Dont la CGT a voulu, hier, se faire l’écho général. « Entre 7.000 et 8.000 dossiers sont en retard dans le seul domaine de l’action sociale », souligne ainsi Laurent Tonnelier, secrétaire général CGT. « On travaille déjà avec 6 CDD, il nous en faudrait au moins 5 de plus pour absorber le stock. » Mais ils ne se font guère d’illusion sur la réponse donnée à ce genre de revendications. « Il faut savoir que les objectifs fixés à la CRAM lorraine, sur les trois ans à venir, c’est de rendre encore 50 postes supplémentaires », signale Florent Galand, secrétaire du comité d’entreprise. « Ça ne va pas vraiment dans le sens espéré ! » La mise en place des nouvelles réformes mobilise temps et énergie, « c’est le cas sur les pensions de réversion, par exemple », les retards engendrent des coups de fil et courriers de réclamation, donc mobilisent du temps supplémentaire, et ainsi le cercle se fait-il toujours plus vicieux. Conclusion, l’assurance-maladie est guettée par une épidémie plus virulente en France que toutes les H1N1 de la terre : la grande déprime !

Lysiane GANOUSSE

Est Républicain du 28/04/2010

Merci à l'Est Républicain et à France Bleu Sud Lorraine pour la couverture.

Grève du 27 avril à la CRAM

La grande fête approche !

Par contre pour les agents c’est tous les jours la fête...

Suite au dépot de notre préavis de grève pour le jour de l'AG,
la CGT a rencontré aujourd'hui la direction de la CRAM.

Aprés des débuts prometteurs, les négociations ont bloqué
sur la possibilité d'obtention d'avantages salariaux pour l'ensemble des agents.

Notre demande de 15 points de compétence à l'ensemble du personnel n'a pas abouti...
Comme toute autre forme de compensation financière...

Nous décidons donc de maintenir notre préavis de grève et appelons le personnel à exprimer son mécontentement.

Deux possibilités pour exprimer votre colère :

Une journée de grève, sans possibilité d'entrer dans l'enceinte du Zénith avant 14h00 (point de rencontre CGT à l'extérieur).

59 minutes de grève de 14h01 à 15h00 au point de rencontre CGT pour les personnes qui voudraient participer à l'AG.

Venez vous exprimer !
Le taux de participation sera remonté à la CNAV
et à l'UCANSS par nos représentants.

Vos élus CGT seront présents devant et dans l'enceinte du Zénith
pour vous informer sur les négociations en cours et à venir.